DIY #67 – Une suspension bohème en lin style Koushi

Vous avez certainement vu passer ces suspensions pleines de légèreté en tissu vaporeux. Il y a celle de Mark Eden Schooley nommée Koushi, qui a inspiré la tendance, ou encore la Z1 imaginée par Nelson Sepulveda pour Ay Illuminate. Avec leur style tout à fait original, elles sont devenues des incontournables de toute bonne photo de déco bohème sur Pinterest.

 

Et c’est en cherchant une alternative à la suspension de notre pièce bureau que je me suis penchée sur cette tendance. C’est la seule pièce de la maison où il y a un mur peint en couleur forte (un joli rouge terracotta), et j’avais envie d’y apporter un look un peu plus bohème et authentique. J’avais envie de travailler le rotin depuis un petit temps, j’avais aussi envie de lin, en tous cas d’un textile assez léger et naturel. Bref, c’était l’occasion de m’inspirer de ces jolis modèles pour me créer ma suspension bohème.

Côté matériel, j’ai fait au plus simple, et notamment au plus facile à trouver, pour vous comme pour moi :

  • du rotin de 6 mm d’épaisseur (ça s’appelle en réalité de la moelle de rotin) : j’ai tout simplement pris ce que j’ai trouvé en magasin de loisirs créatifs (Schleiper, pour les belges parmi vous, mais je vous ai trouvé un équivalent par ici)
  • du tissu translucide : j’ai utilisé une chute de voilage, une sorte de tulle très souple, que j’avais chez moi (merci aux copines qui ont un jour débarqué chez moi avec une tonne de tissus blancs de récup’ pour me faire coudre la plus kitsch des robes de mariée pour mon EVJF 😉 Vous voyez, je recycle !), et puis j’ai voulu tester une seconde version avec du lin (tissu de droite) : c’est un peu cher (le mien m’a coûté 20€/m) mais c’est vraiment très joli et ça apporte tout son charme à la suspension, je trouve !
  • de la colle forte : j’ai testé pour l’occasion la colle Bostik « Fix & Flash« , cette colle forte spéciale petits travaux minutieux, qui sèche rapidement et grâce à de la lumière… Je vous montre ça plus bas ! (disponible notamment sur Amazon)
  • du fil blanc et une aiguille
  • une paire de ciseaux
  • un mètre ruban

 

J’ai appris grâce à ce tutoriel que le rotin est un matériau ultra simple et chouette à utiliser. C’était ma première expérience, mais ce ne sera certainement pas la dernière !

Ça s’achète en bobine, on en trouve de différents diamètres, et ça se travaille tout simplement en le trempant dans l’eau. Pour ce tutoriel, j’ai utilisé un diamètre assez épais puisque le rotin va former la structure de ma suspension, il fallait donc que ça se voit un peu quand même ! Et puis c’était plus simple pour le souder avec la colle.

Première étape donc, découper 4 morceaux de rotin :

  • deux morceaux de 1m40 : ils formeront les deux cerceaux horizontaux
  • deux morceaux de 1m90 : ils formeront les rectangles verticaux de la structure

 

Pour leur donner la forme souhaitée, il suffit de les faire tremper dans un fond d’eau (j’ai fait cela dans ma baignoire mais une bassine ou un lavabo conviendra tout autant) pendant 20 minutes. Plus le diamètre de votre rotin est épais, plus il faudra le laisser longtemps. Attention tout de même à ne pas l’y oublier : un rotin trop humidifié devient gris/noir, paraît-il.

Ensuite, encore mouillés, pliez-les tout doucement, vraiment lentement : le rotin va se courber et former un pli, sans se casser. J’ai ainsi formé des rectangles de 40 et 55 cm de côtés.

 

Une fois le rotin mouillé plié, pour lui faire garder sa forme, il faut le faire sécher dans cette position. Pour cela, j’ai tout simplement utilisé des livres : j’ai calé mes rectangles entre 5 piles de livres, en mettant les extrémités bout à bout (sur l’un des côtés du rectangle, et non dans un angle), et j’ai maintenu les deux cercles de 1m40 de circonférence grâce à un élastique, en superposant les extrémités sur quelques centimètres.

Ce n’est pas grave si la forme n’est pas parfaite, l’essentiel est de lui faire prendre une forme, l’assemblage de la structure maintiendra le tout. Et puis c’est aussi le côté artisanal de la lampe que l’on recherche, donc les petites imperfections en font tout son charme !

J’ai laissé séché une petite heure, c’était suffisant.

 

Pour souder les rectangles et les cercles, il suffit d’appliquer un point de colle sur les extrémités.

La colle Bostik que j’ai utilisée a un fonctionnement tout à fait particulier : on applique la colle sur l’embout à fixer, on ajuste son assemblage et on maintient 3 secondes, puis on éclaire le collage avec la lampe intégrée au tube de colle, pendant 15 secondes : c’est cette lumière qui va « activer » la colle et la faire adhérer solidement.

Je dois dire que j’ai été assez bluffée par ce fonctionnement même si, pour les cercles, j’étais assez sceptique (car il y avait pas mal de tension et de résistance). J’ai fait un essai avec de la superglue pour comparer, et bien que j’ai dû faire tenir l’assemblage dans une pince pendant plusieurs minutes pour maintenir les extrémités collées, ça n’a pas fonctionné. J’ai ensuite fait l’essai avec la colle Bostik et en 15 secondes c’était pris et solidement soudé. Il faut juste trouver la bonne technique pour maintenir son assemblage d’une main, et orienter la lampe de l’autre.

L’avantage de cette colle c’est qu’elle fonctionne avec tous les matériaux, qu’après l’avoir appliquée on a quand même quelques secondes pour réajuster parfaitement son assemblage (ce qui n’est pas le cas avec la superglue classique), et qu’elle est tout à fait transparente (elle ne jaunit pas avec le temps). L’exposition à la lumière spéciale permet ensuite une fixation en 15 secondes, pas besoin donc d’attendre des heures que ça sèche dans la bonne position. Pour toutes ces raisons, je me suis dit que cette colle était la solution idéale pour ce DIY !

Autres petits plus non négligeables : elle est rechargeable et elle peut être poncée et peinte : parfait pour les petites retouches discrètes.

Bref, j’ai donc collé mes extrémités de rotin pour refermer mes deux rectangles et mes deux cercles.

 

 

Après le découpage, le trempage, le séchage et le collage, il est temps de passer à l’assemblage !

Encastrez l’un des rectangles dans l’autre (comme le rotin reste un matériau souple, on peut le courber légèrement pour l’insérer l’un dans l’autre), pour former une sorte de croix.

Puis, placer les cercles autour de cette croix, à environ 10 cm du haut et 10 cm du bas.

Pour maintenir le tout dans cette position, un petit point de colle à chaque croisement, un rayon de lumière et hop, l’affaire est réglée.

 

Notre structure est prête ! Il ne reste plus qu’à l’emballer dans du tissu pour terminer la suspension.

Il y a deux versions possibles :

  • soit on recouvre l’entièreté de la structure en rotin de tissu (pour cette version, j’ai utilisé le tulle très souple) : on découpe un morceau d’environ 1m40 x 1m40, et on noue les extrémités au-dessus et en-dessous de la structure
  • soit on recouvre uniquement l’espace entre chaque cercle de rotin (pour cette version, j’ai utilisé le lin) : on découpe alors un morceau d’environ 1m40 x 40 cm, et on le fixe sur chaque cercle avec du fil blanc, en rabattant le bord autour du cercle en rotin. J’ai effiloché les bords du tissu pour lui donner un côté encore plus naturel et authentique.

 

L’idée, dans les deux cas, n’est absolument pas de faire quelque chose de parfait et de bien symétrique ! On cherche l’authenticité, on veut laisser la part belle aux matériaux naturels, donc gardez la souplesse de votre tissu (ne le tendez pas trop) et appréciez les irrégularité du rotin.

Enfin, pour l’accrocher à la suspension électrique, j’ai utilisé deux petits coleçons en plastique (des colliers de serrage) que j’ai coupé à ras pour que ça se voit le moins possible.

 

Alors, vous préférez quelle version ?

 

 

 

Je suis vraiment fan du résultat ! Elle est si douce comme suspension que je l’ai volontiers laissée à hauteur d’oeil, à mi-chemin entre une suspension et un lampadaire, elle éclaire et décore parfaitement ce coin de la pièce.

Vous l’adopteriez chez vous, vous aussi ?

 

signature Noémie blog Pierre Papier Ciseaux déco DIY

Si vous reproduisez ce DIY, n’hésitez pas à partager ça avec moi, avec nous !
Utilisez le #PierrePapierCiseauxDIY sur les réseaux sociaux ou envoyez-moi votre photo par email noemie(a)pierrepapierciseaux.be : je publie toutes vos réalisations sur cette page !

Article en partenariat avec Bostik, merci à eux de m’avoir fait découvrir leur nouveauté et de m’avoir donné l’opportunité de développer ce tutoriel !

Articles Récents

2 Commentaires

  • nina
    7 octobre 2018 16 h 18 min

    bonjour,
    merci pour ton tuto, si j’ai compris ta lampe fait 55 de hauteur sur 40 de diamètre. je vais le faire mais agrandir les mesures pour que la suspension soit plus grande.

    • Noémie Meijer
      7 octobre 2018 16 h 32 min

      Oui c’est tout à fait ça 🙂 Et bien sûr tu peux agrandir sans soucis, les dimensions sont vraiment adaptables ! (Il faudra du coup aussi adapter les mesures du tissu 😉 ). Bon DIY ! J’attends tes photos 😉

Envie de répondre ?