La lumière dans les détails : je teste la collab’ Niko x Philips Hue

Décidément, j’entame ces résolutions déco 2019 sur les chapeaux de roues ! Soigner la lumière et peaufiner les détails, disais-je ?

La nouvelle collaboration entre Niko et Philips Hue a touché un point sensible chez moi : allier esthétique (oui, même un interrupteur peut doit être joli) et pratique (commander ses différents luminaires d’où l’on veut, comme on veut).

De quoi parle-t-on ?

D’un côté, des interrupteurs Niko au joli design épuré, qui fonctionnent sans fil et sans pile : on peut les placer où l’on veut (on les colle avec des petits autocollants, pas besoin de les connecter au système électrique), et ils fonctionnent sans fin (l’énergie est produite par la pression des boutons : sans wifi à connecter et sans piles à changer ! Si ça ce n’est pas l’avenir…).

De l’autre côté, des ampoules connectées Philips Hue (smart lighting) : des ampoules que l’on peut commander, programmer et régler depuis l’application smartphone et ces fameux interrupteurs Niko.

Au final : des luminaires dont on peut régler l’intensité, la couleur, et même l’ambiance, absolument d’où l’on veut.

L’installation

Ni une ni deux, une fois reçu mon petit colis, j’ai installé tout ça :

  • J’ai placé mes 3 ampoules sur les luminaires d’ambiance de mon séjour (ceux que j’allume le plus souvent, et qui doivent varier en fonction de l’occasion).
  • J’ai collé au mur mes interrupteurs : un premier tout blanc dès l’entrée, à côté de mes interrupteurs classiques qui contrôlent les éclairages généraux (plafonniers/suspensions), et un second anthracite sur le mur noir de ma cuisine : mode incognito activé (vous savez, quand vous commencez à cuisiner et que tout d’un coup la nuit tombe ?).
  • J’ai connecté au wifi le petit boîtier livré avec les ampoules (le mien est caché dans la bibliothèque), comme indiqué sur la notice.
  • J’ai téléchargé l’application Hue : c’est elle qui va nous permettre de configurer et contrôler tout ça :
    • j’y ai programmé différentes ambiances : un mode cosy avec une lumière chaude (jaune) pour les apéros, un mode plus lumineux avec une lumière plus froide (plus blanche) pour éclairer davantage (par exemple pour lire ou bosser le soir), et un mode plus tamisé de couleur orangée pour la petite lumière d’ambiance quand on regarde un film.
    • j’y ai déterminé la fonction de chacun des 4 boutons de l’interrupteur : allumer/éteindre tel luminaire, régler l’intensité, activer une ambiance pré-programmée,…
  • Parce qu’on est un peu des geeks, on est adeptes de Google Home et on a configuré également nos luminaires (et des ambiances) par là.

L’utilisation

Cela fait maintenant un bon gros mois que j’ai installé tout ça, et inutile de préciser que je m’en sers absolument tous les jours.

En descendant de mon bureau le soir, j’allume les lumières avec l’interrupteur, en fonction de ce que je veux faire dans le séjour : cuisiner, papoter, bouquiner, me poser,… Une fois installée dans mon canapé, je commande le tout via Google Home : « Ok Google, mode cocoon » et hop, la lumière se règle dans une jolie teinte orangée. « Ok Google, bonne nuit » et hop, tout s’éteint !

Les + :

  • J’ai adoré créer des ambiances en fonction des situations : plus besoin de se casser la tête à allumer différentes lampes aux 4 coins de la pièce, on commande tout d’un seul clic ou d’une seule parole.
  • Le grand avantage, c’est qu’on peut placer les interrupteurs où l’on veut, ils ne sont absolument pas connectés à l’électricité ! Il suffit juste qu’ils soient à distance raisonnable des ampoules connectées (9 mètres séparent mon interrupteur de l’ampoule la plus éloignée, il me semble que la limite est de 10 mètres).
  • Pas besoin non plus de gros travaux, de percer les murs, de changer les piles : c’est simplissime d’installation et d’utilisation.
  • Le fait que ce soit contrôlable via Google Home : nous, on est fans ! Avant, on avait un système d’ampoules connectées IKEA, mais l’inconvénient était justement qu’on ne pouvait pas les connecter à Google Home… Gros point pour Philips Hue ! On ne pouvait pas non plus programmer des ambiances, ni les contrôler via un interrupteur (on utilisait alors la petite télécommande).

Les – :

  • L’appli nous propose absolument toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Personnellement, je ne suis pas fan des lumières vertes, bleues, roses,… donc au final j’utilise peu cette fonctionnalité, mais c’est parfait pour trouver la bonne teinte de blanc chaud, ou de jaune/orange par exemple.
  • La petite télécommande livrée dans le kit Philips Hue ne nous est finalement pas du tout utile : on contrôle tout via l’interrupteur Niko à l’entrée quand on rentre, et via Google Home une fois qu’elle est allumée.
  • L’interrupteur Niko est aussi grand qu’un interrupteur classique : au moins c’est passe-partout, mais j’aurais attribué encore un point supplémentaire si ç’avait été un style plus minimaliste, plus petit, plus discret ! Mais ça, c’est subjectif, bien sûr 😉

Je vous ai trouvé quelques liens pour les interrupteurs Niko et le kit Philips Hue (2 ampoules ou 3 ampoules + télécommande), si ça vous intéresse.

Sur ce, il est l’heure : Ok Google, mode cocoon !

signature Noémie blog Pierre Papier Ciseaux déco DIY

Article en partenariat avec Niko

Articles Récents

8 Commentaires

  • Cecile
    25 février 2019 20 h 27 min

    Hello Noémie, merci pour ce chouette article. Et côté prix, on est dans qu’élémentaires gamme? Merci!

    • Noémie Meijer
      28 février 2019 12 h 26 min

      J’ai mis les liens tout en bas de l’article, l’interrupteur est à une cinquantaine d’euros et ensuite tu as des kits en fonction du nombre d’ampoules que tu souhaites 🙂

      • Odin
        2 mai 2019 19 h 24 min

        Bonjour, merci pour cet article. J’aurais une petite question : est il possible de piloter 4 luminaire correspondant aux 4 boutons de l’interrupteur Niko?

        • Noémie Meijer
          6 mai 2019 9 h 42 min

          Il me semble que oui, à vérifier !

  • david
    7 juin 2019 7 h 40 min

    Bonjour,
    J’ai aussi installer les commandes niko, et j’ai un petit effet, a savoir que le matin impossible d’allumer les lampes du premier coup, il faut appuyer deux fois sur le bouton. Je voulais savoir si vous aviez le même symptôme ?

    • Noémie Meijer
      24 juin 2019 18 h 10 min

      Ah non, je n’ai pas du tout eu ce soucis-là ! Peut-être un petit bug à l’installation : avez-vous essayer de tout réinstaller ?

  • Olivier
    25 septembre 2019 8 h 53 min

    Question intégration, celui dans le hall d’entrée aurait pu être intégré aux trois déjà existant 😉
    Suffisait de racheter un plaquette de finition quadruple, retirer celle de l’interrupteur hue, qui du coup peut être « attaché » aux trois autres car compatible, ensuite avec la nouvelle plaquette de finition, vous avez l’impression que c’est totalement d’origine.

    • Noémie Meijer
      2 octobre 2019 20 h 05 min

      C’est tout à fait vrai ! Je voulais m’assurer que tout fonctionnait bien et que j’en avais vraiment l’utilité avant de ma lancer là-dedans, mais maintenant je pourrais le faire 😉

Envie de répondre ?

Répondre à Noémie Meijer Annuler la réponse.