8 conseils pour utiliser la peinture en bombe

Ceux qui me suivent sur Instagram n’auront pas pu louper ma récente addiction/obsession/folie des grandeurs (rayer la mention inutile) pour la couleur cuivrée. Et ceux qui me suivent sur ce blog depuis quelques temps auront bien compris que je suis toujours à l’affût de ce qui est DIY-able (ce qui est faisable soi-même, quoi). Du coup, qu’est-ce qu’on fait quand on aime d’amour une nouvelle tendance, mais qu’on préfère bricoler plutôt que dépenser ? On repeint tout à la peinture en spray. CQFD.

C’était loin d’être ma première expérience de peinture à la bombe, mais je crois que là j’ai pu tâter un peu tous les terrains, toutes les matières, et j’ai pas mal appris de mes erreurs. Petit tour d’horizon, donc, des quelques trucs et astuces à savoir quand on s’apprête à bomber son entourage (j’espère que Google n’y verra pas là un appel au terrorisme).

Que peut-on repeindre à la bombe ?

En fait, presque tout. J’ai testé sur du verre, du plastique, du métal, du bois.

Ont donc eu l’honneur de se faire repeindre la face :

  • ma lampe de bureau en métal (cadeau de mon papounet quand j’ai quitté, jadis, le domicile familial ; elle était en métal argenté à la base, elle est passé par du vert pomme entre temps — no judgment)
  • des serre-livres en métal (achetés chez Caméléon il y a 3-4 ans)
  • un petit vase en verre (que j’avais reçu avec une plante, et qui lui aussi était passé par la case « vert pomme »)
  • un tabouret en bois aux jolies formes scandinaves (donné par un ami qui voulait le jeter… Je sais. Appelez-moi « la sauveuse de meubles ». Ou « la femme qui parlait à l’oreille des meubles ». Ou pas, hein, c’est comme vous voudrez.)
  • un grand cadre de miroir ancien (il appartenait à ma grand-mère, et bien que le miroir soit joliment usé, le cadre en bois n’avait rien de particulier : une couleur très sombre et peu de moulures. Je l’avais d’abord repeint en gris clair, avant de craquer sur le cuivré)
  • un petit boîtier pour bloc-notes (pas en photo) (un cadeau promotionnel qui traînait sur mon bureau depuis des lustres, parce que bien qu’il soit très moche, faut avouer qu’il est bien pratique)

Comment préparer l’objet à peindre ?

Pour le métal, le verre et le plastique, j’ai constaté que ça accrochait pas trop mal en prenant certaines précaution au moment du passage de la bombe (voir point suivant), du coup je ne prépare pas ma surface avant de la peindre.

Pour le bois, tout dépend de son état :

  • s’il est brut (= sans aucun apprêt, peinture, vernis,…) : parfait, on peut le peindre directement
  • s’il est verni/ciré : mieux vaut le poncer, pour que la peinture accroche mieux (à la main au papier de verre pour les petits recoins/angles/moulures, à la ponceuse électrique pour les grandes surfaces planes).
  • s’il est peint : la plupart du temps, un meuble peint est aussi verni… du coup on le ponce. S’il est uniquement peint, la surface reste poreuse (pas vraiment lisse au toucher) donc on peut la peindre directement, même si ça rendra toujours un peu mieux si c’est légèrement poncé avant (je vous avoue que moi, personnellement, j’ai la flemme dans ces cas-là : j’ai poncé le tabouret (ciré) mais pas le miroir (déjà peint)).

Sinon, bien sûr, on protège les zones de l’objet qu’on ne souhaite pas peindre (le plus simple : du scotch de peintre et du sac poubelle).

Comment peindre à la bombe efficacement ?

Ça parait tout bête, la peinture en spray, mais pour que ça soit vraiment efficace il faut s’y prendre correctement. Voici quelques astuces apprises à mes risques et périls :

  1. Utiliser la bombe de peinture dans un endroit aéré. L’idéal c’est de faire ça dehors, sinon installez-vous dans une pièce que vous pourrez ventiler pendant quelques heures, la fenêtre ouverte.
  2. Il faut qu’il fasse 20°C. Plus froid, ça va faire des projections de gouttes, je vous assure, c’est à éviter. Plus chaud, bon bah on est en Belgique, ça n’existe pas (blague de française expatriée). C’est pas à 1°C près, mais 2-3°C oui. Du coup, impossible de faire ça dehors en plein hiver. Et si vous faites ça en intérieur (comme moi le mois dernier, dans ma cage d’escalier — j’espère que mes voisins chéris ne liront pas cet article), il faudra penser à laisser la pièce se réchauffer un peu après avoir aéré, avant de passer la prochaine couche. Ça prend plus de temps, mais c’est ça ou attendre l’été.
  3. Protéger la zone de travail. La peinture en spray, ça vole, ça virevolte, ça vit sa propre vie. Donc on protège le sol, mais aussi les murs/meubles avoisinants (je dirais tout ce qui se trouve dans un rayon de 1m50). Avec un vieux draps, du papier journal, du carton, des sacs poubelles : ce qui traîne sous la main.
  4. Se protéger soi : mettez un masque ! Non mais vraiment, ça rentre dans le nez, dans la gorge, c’est super désagréable et on a connu mieux pour la santé : un simple petit masque en carton (qu’on trouve chez Brico) ou au minimum un foulard autour de la bouche et du nez, c’est indispensable. Et bien sûr, on met un vieux t-shirt et un vieux jean.
  5. S’équiper pour se faciliter la vie : je mets toujours une paire de gants de vaisselle (ça évite de se retrouver avec plein de peinture sur les doigts à récurer) et je prends un couvercle de boîte à chaussures que j’oriente au fur et à mesure derrière l’objet, dans la trajectoire de ma bombe de peinture (ça évite d’envoyer un bon gros pschitt sur le mur d’en face qu’on a oublié de protéger, ou sur son pied, ou dans ses cheveux… Oui, j’en expérimente, des choses, rien que pour vous).
  6. Respecter les instructions d’utilisation : on secoue la bombe une bonne trentaine de secondes avant de commencer à peindre, on peint à une distance de 15-20 cm par rapport à l’objet, on tient la bombe verticalement ou horizontalement, mais pas à l’envers (sinon elle s’arrête), et on fait toujours un petit spray sur le côté avant de s’attaquer à l’objet (histoire de s’assurer que ça fonctionne correctement, et ainsi ne pas ruiner son oeuvre).
  7. Être patient. On fait des couches plutôt fines (1 ou 2 passages au même endroit, pas plus !), et on laisse sécher entre chaque couche (minimum 1h, idéalement 2h). On ne s’inquiète pas si notre objet n’a pas du tout l’air peint après la première couche : c’est normal. Non seulement en séchant la peinture va apparaître un peu plus, mais surtout si vous faites des couches épaisses, la peinture va goutter, couler, dégouliner (bref, que des verbes qu’on n’aime pas trop trop). Pour certains objets (notamment le plastique et le verre), il m’a fallu presque 5 couches. Patience, mes enfants !
  8. Démonter au maximum son objet avant de le peindre. Dans le cas de la lampe, j’ai retiré les ressorts et dévissé le maximum de pièces, pour que la peinture recouvre bien tous les recoins et que ça ne fasse pas de marques en articulant la lampe.

Au final, quels sont les avantages et inconvénients de la peinture en bombe ?

Elle est idéale pour les objets compliqués (comme la lampe), les surfaces rondes (comme le vase), et les surfaces en relief (comme les serre-livres). Et aussi, elle a un rendu ultra lisse et homogène, sans traces de pinceaux : on ne soupçonne pas que les objets ont été repeints.

Par contre, elle est moins économique que la peinture en tube qu’on applique au pinceau. Une bombe coûte entre 6 et 10 euros (en magasin de bricolage ou de loisirs créatifs), et il m’en a fallu 5 pour repeindre tous ces objets. À refaire, je peindrais le cadre et le tabouret au pinceau, car le bois absorbe plus la peinture (donc il en faut plus) et ç’aurait été plus rapide pour des grandes surfaces planes comme ça (2 couches auraient suffit).

 

J’espère que ces quelques conseils vous seront utiles pour votre prochain projet déco, et dites-moi : vous rêvez de repeindre quoi, chez vous ? (La réponse « mon chien » ou « mon mari » n’est pas autorisée).

N.


Articles Récents

20 Commentaires

  • Lalo
    7 mars 2016 11 h 03 min

    Sérieux? No go pour le chien? Parce qu’un husky cuivré, franchement, ce serait du jamais vu quoi #precurseur

    • Noémie Meijer
      7 mars 2016 13 h 24 min

      Hahaha ! Désolée Loki, au moins j’aurai essayé de te protéger… 🙂

  • Coralie
    7 mars 2016 13 h 57 min

    Excellent comme idée de repeindre à la bombe !! ça donne super bien en plus! 🙂
    On pourrait imaginer repeindre mes poignées de placard de camionnette comme ça tu penses? (tu vois, les bleues moches? :))

    • Noémie Meijer
      7 mars 2016 14 h 05 min

      Elles ont un mécanisme d’ouverture ? Si oui, il faut juste vérifier que la peinture ne le bloquera pas en séchant, mais normalement c’est carrément possible !
      Mais le problème ce n’était pas qu’elles ne se démontaient pas, tes poignées ? Au pire, on protège tout ce qu’il y a autour avec du plastique et c’est quand même faisable 🙂 On regardera ça de plus près la prochaine fois que je viens te voir !

  • Valentine
    8 mars 2016 23 h 15 min

    J’adore aussi cette couleur 😉 J’ai acheté il y a quelques semaines une bombe et heureusement que je lis ton article avant de l’utiliser 🙂 Je ne savais vraiment pas que la température avait une influence sur le résultat…
    Encore un excellent article! 🙂

    • Noémie Meijer
      9 mars 2016 15 h 06 min

      Merci Valentine ! J’ai hâte de voir ce que tu vas repeindre avec ta bombe 🙂

  • Trackback: DIY #22 - Des porte-menus kraft & or | Pierre Papier Ciseaux
  • Trackback: DIY #25 – Une suspension aérienne | Pierre Papier Ciseaux
  • Trackback: Les 10 outils indispensables du DIY | Pierre Papier Ciseaux
  • Olivia
    9 janvier 2017 16 h 24 min

    Oh oh merci mille fois. Je muris le projet « DIY #25 – Une suspension aérienne », mais peindre la carcasse en ce moment (5°C a Paris…) aurait été voué à l’échec.
    Merci pour ce super tuto, j’aurais désespéré sur mon incompétence à la première étape du projet…

    • Noémie Meijer
      9 janvier 2017 17 h 21 min

      En effet, mieux vaut faire ça en intérieur ou mieux : attendre le printemps 😉
      Mais non, un peu de patience et tout le monde peut y arriver ! 🙂

  • Trackback: DIY #37 - Un gallery wall | Pierre Papier Ciseaux
  • Ralfred
    28 février 2017 12 h 04 min

    Puis-je me permettre une astuce supplémentaire ? J’ose … L’idée est d’utiliser un carton adapté à la taille de l’objet à peindre ainsi cela fait une petite cabine avec peu de risque que la peinture se volatilise un peu partout …
    Perso je dégraisse toujours la surface à peindre avec de l’acétone suite à une mauvaise expérience de bombage où j’ai vu la peinture s’écailler après séchage faute d’adhérence dû au gras.

    Je suis de plus en plus fan de vos billets …

    • Noémie Meijer
      28 février 2017 15 h 43 min

      Tout à fait, j’utilise régulièrement des caisses en carton pour bomber mes objets à l’intérieur. Et effectivement bien nettoyer son objet avant de le peindre est essentiel 😉

  • Trackback: DIY #38 - Un panier en jute | Pierre Papier Ciseaux
  • Miss J
    11 mars 2017 19 h 54 min

    Splendide DIY 🙂 Ta bombe correspond exactement à la teinte que je cherche (pour repeindre du plastique). J’ai fait le tour des sites Broci etc. mais j’ai si peur que la teinte cuivrée ne me plaise pas… Quelle teinte/marque as-tu choisi? Thanks for the inspiration!

    • Noémie Meijer
      12 mars 2017 16 h 06 min

      C’était la marque Idea Spray, coloris cuivre 🙂 En effet c’est dur de trouver la teinte exacte, parfois j’en teste 2 ou 3 avant de trouver la bonne !

  • Trackback: DIY #40 - Une table basse | Pierre Papier Ciseaux
  • Trackback: Comment retaper de vieux cadres | Pierre Papier Ciseaux
  • Trackback: DIY #47 - Retaper de vieux cadres | Pierre Papier Ciseaux

Envie de répondre ?