DIY #31 – Un buffet vintage

Tout a commencé par une photo partagée sur Instagram. Une personne que je suis, qui poste la photo de 3 cubes qu’elle a solidarisés pour en faire un meuble.

Ou plutôt, tout a commencé il y a plus de 30 ans, quand mon grand-père a construit de ses grandes mains de patriarche, une série de cubes en bois pour meubler le studio de ma mère, qui partait étudier à l’autre bout de la France. Ces cubes qui ont ensuite été transmis à mon frère lorsqu’il est parti étudier, puis que j’ai récupéré quand j’ai moi aussi quitté le nid familial pour venir faire mes études en Belgique. Bref, un héritage familial qui est passé par toutes les couleurs de peinture, qui m’a servi tour à tour de bibliothèque, de table de nuit, et de cloison, avant de finir stocké dans mon grenier, ici, à Bruxelles, faute de savoir quoi en faire (et aussi parce que je les avais vus et revus, ces cubes en bois…).

Mais cette photo sur Instagram a été le déclic : voilà comment j’allais donner une seconde (ou une quarante-troisième) vie à mes cubes ! En les associant pour former une sorte d’enfilade, un buffet. Comme bien souvent en DIY, il suffisait d’y penser 🙂

J’ai filé sur Pinterest pour trouver l’inspiration concernant le style que je souhaitais lui donner, et je suis partie sur un style « mid-century modern » (années 50), tout en noir mat et quincaillerie en laiton, avec des pieds droits en fuseau bien typiques de cette époque.

Puis direction le Brico du quartier pour me ravitailler et démarrer mon chantier :

buffet enfilade vintage DIY

  • 3 cubes en bois : les miens font 40 x 40 cm, sur 35 cm de profondeur (je vous en ai trouvé des similaires ici et ici, par exemple)
  • des plaques en métal pour solidariser les cubes : j’en ai pris 4 plates et 2 en équerre ;
  • des planches en bois pour faire les portes (aux mêmes dimensions extérieures que vos cubes, car elles viendront en applique) ; j’ai pris du MDF de 1,2cm d’épaisseur (pour qu’elles soient aussi épaisses que les faces de mes cubes), mais à refaire je pencherais peut-être plutôt pour du contreplaqué, plus cher mais moins grumeleux au toucher, même une fois peint ;
  • des charnières pour les portes  : j’ai pris celles-ci, pour qu’elles soient invisibles une fois la porte refermée (système de porte en applique), mais surtout pour ne pas devoir percer ma porte (il faut pour cela un embout « scie cloche » pour votre perceuse, que je n’ai pas #avisaupèrenoël) ; il en faudra 2 par porte ;
  • une planche en bois pour solidariser le dessous de mon meuble et fixer les pieds : j’ai fait découper la mienne aux dimensions 108 x 23 cm, soit en enlevant 6 cm de chaque côté de mon meuble, pour qu’elle ne se voit pas ; mais à refaire, je prévoirais un peu plus large pour que les pieds soient un peu plus espacés, et donc plus stables  (ah, et c’est important que ça soit du MDF, pour que ça soit bien solide et peu friable !) ;
  • des pieds : gros coup de coeur pour ce lot de 4 pieds style « mid-century », en fuseau droit (en anglais « tapered legs ») ;
  • des poignées et boutons de porte en métal : après avoir fouillé la toile, j’ai tout simplement trouvé mon bonheur chez Brico, comme quoi, parfois, il ne faut pas chercher très loin… (j’ai choisi 2 modèles différents pour les tiroirs et les placards, toujours dans un style « mid-century »)
  • une bombe de peinture que j’ai choisie dorée ;
  • de la peinture : j’ai utilisé le pot qui me restait de mes chaises, c’est de la peinture classique (multi-surfaces, pour l’intérieur, en phase aqueuse = outils nettoyables à l’eau), de couleur noir « off » (entre noir et gris anthracite) mat ;
  • du vernis : j’ai détesté celui que j’ai utilisé… très pénible à appliquer, et il a légèrement blanchi ma peinture noire, donc je ne vous le recommanderai pas, mais choisissez un vernis classique pour meuble d’intérieur, transparent et si possible lavable à l’eau, c’est toujours mieux pour la planète) ;
  • du film adhésif pour meuble : le mien vient d’ici, j’ai choisi le modèle standard, finition sans vernis, et j’en ai pris un rouleau de 38cm de large x 580 cm de long (les dimensions sont sur mesure) ;
  • et bien entendu tous les outils qui vont avec : pinceau, rouleauvis, clous, marteau et tournevis (oui, j’ai utilisé un tournevis (et les bras musclés de S.) pour visser tout ça, tout simplement parce que, attention les yeux, confession d’une bricolgirl : je n’ai pas de visseuse… #avisaupèrenoëlbis).

DIY buffet vintage à partir de cubes en bois

 

La première chose à faire, c’est bien sûr d’assembler ses cubes. J’ai simplement vissé mes plaques en métal sur le dessous, le dos et l’angle. Attention de bien choisir des vis qui ne traverseront pas le bois de vos cubes.

J’ai également ajouté un peu de renfort en clouant les 2 cloisons intérieures l’une avec l’autre ; ça a surtout permis de bien coller les cubes les uns aux autres.

 

Je l’ai fait plus tard, mais à cette étape vous pouvez déjà visser votre planche de bois sur le dessous de votre meuble. Si, comme moi, les plaques en métal gênent la planche et l’empêchent d’être bien plate, il suffit de poncer la planche à l’endroit où elle touche les plaques. 2 minutes à la ponceuse électrique en stagnant au même endroit, et le bois est creusé.

 

Ensuite, il y a 2 écoles :

  • soit on peint le meuble et les portes à part, puis on fixe les portes sur le meuble :
    • avantage : plus facile de peindre les tranches des portes et on évite de mettre de la peinture sur les charnières puisqu’elles ne sont pas encore posées ;
    • inconvénient : on doit attendre que les portes aient séché d’un côté pour peindre l’autre ;
  • soit on fixe les portes sur le meuble, puis on peint :
    • avantage : on peint tout en même temps, moins de temps d’attente ;
    • inconvénient : il faut y aller délicatement avec un petit pinceau pour peindre les tranches des portes (qui, une fois ouvertes, sont plus difficiles d’accès), et on en met un peu partout sur les charnières (sauf si on les protège avec du scotch de peintre) ;

Moi, j’ai un peu tâtonné, et j’ai fait un mélange des 2 : j’ai peint mon meuble, puis monté mes portes, puis peint mes portes. En gros, faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Pour fixer les portes, on va d’abord visser les charnières sur les portes, puis visser l’autre extrémité des charnières sur le meuble (à deux, c’est plus simple). Attention de bien calculer l’espace que va prendre votre porte en s’ouvrant. Il faudra ajuster une fois la porte fixée au meuble, en dévissant-revissant certaines vis.

Pour ma façade de tiroir, j’ai simplement collé ma planche sur l’ancienne façade (pour qu’elle soit au même niveau que mes portes, en sur-épaisseur par rapport au meuble).

 

L’un de mes cubes comportait 1 espace placard et 1 tiroir, mais j’ai décidé de faire un petit trompe-l’oeil (je suis une petite friponne) en simulant 2 autres tiroirs à la place du placard. Pour ça, j’ai simplement solidarisé 2 panneaux avec 2 plaques en métal, en laissant un petit espacement comme si c’était de vrais tiroirs. Du coup, une fois la porte fermée, on a l’impression qu’il s’agit de 3 tiroirs. Magie-magie !

 

Ensuite on passe à la peinture : on ponce légèrement si le bois est déjà vernis/peint à la base, on essuie la poussière avec un torchon humide, on peint une première couche, on attend une dizaine d’heures, on peint une seconde couche, on attend une dizaine d’heure, on fait des retouches là où c’est nécessaire, on attend encore une dizaine d’heures… Et on fait pareil avec le vernis : 2 couches + séchage entre (ne négligez pas le temps de séchage indiqué sur les pots, c’est pénible mais c’est vraiment important si vous voulez éviter que votre peinture ne s’écaille ou ne fasse des bulles… ce serait dommage, après tous ces efforts 🙂 ). En tout, j’ai dû étaler ça sur 5 jours.

Petite astuce : pas besoin de laver vos pinceaux/rouleaux entre chaque couche, emballez-les simplement dans du film cellophane alimentaire et vous pourrez les réutiliser le lendemain sans soucis, ils ne seront pas devenus tout secs ! J’ai déjà fait durer un rouleau plus de 4 jours avec cette technique…

Deuxième astuce : pour pouvoir correctement peindre les bords de votre meuble, il faut le surélever ; pour ça, je l’ai simplement placé sur des boîtes de conserve de même hauteur.

 

Pendant tout ce séchage, vous aurez le temps de bomber vos poignées et l’embout métallique de vos pieds (sauf si vous voulez les laisser dans leur couleur originale) : pareil, 2 (ou 3) couches, en laissant bien sécher entre.

DIY buffet vintage à partir de cubes en bois

 

Une fois toutes les peintures sèches, archi-sèches (qui a réussi à lire ça ?), on fixe nos poignées sur les portes, à l’aide des vis fournies avec (il faut d’abord pré-percer la porte).

J’insiste sur le fait que la peinture doit être vraiment bien sèche sur les poignées avant de les fixer, car la peinture en bombe a cette particularité d’être très rapidement sèche au toucher, mais en fait pas vraiment à l’intérieur. Petite anecdote : mes poignées étaient tout à fait sèches au toucher (mais je n’avais laissé que 2-3h de séchage), quand S. m’a aidé à les fixer. Résultat, comme il a fallu bien les maintenir en place pour les visser droites, les empreintes de ses doigts se sont incrustées dans la peinture. Un meuble familial, je vous dit !

 

Le meuble est peint, les portes sont en place, il ne reste plus qu’à fixer les pieds !

Et là, petit couac : avec le type de pieds commandés sur Amazon, il faut normalement une sorte de platine en métal, qu’on vient visser au meuble, et dans laquelle on visse notre pied. Sauf que ces pièces n’étaient pas inclues dans le colis, mais je me suis dit que j’en trouverais forcément chez Brico. Que nenni, je me fourrais le doigt dans l’oeil. Je n’ai jamais réussi à mettre la main sur ledit élément (je précise que j’habite en Belgique, et qu’en France c’est visiblement bien plus facile à trouver…), du coup j’ai opté pour le plan B, qui est de fixer directement le pied dans le meuble.

Pour cela, j’ai retourné mon meuble et j’ai foré dans ma planche de bois (celle qui est un peu plus petite et qui couvre le dessous de mon meuble) un trou d’épaisseur un poil plus petite que le diamètre de la vis de mon pied (vous me suivez toujours ?). J’ai ensuite doucement vissé mon pied dans le trou. Alors ça fonctionne, ça tient bien, mon meuble ne s’est pas écroulé, mais évidemment on perd en stabilité, et on a interdiction formelle de faire glisser notre meuble sur le sol : il faudra le soulever pour le déplacer, sinon on risque de faire jouer la vis dans le trou, ça va s’élargir, et un jour ça va s’écrouler (triste destin).

En gros, c’est une solution provisoire, le jour où je mets la main sur ces fameuses « platines », je remplacerai ça.

 

Reste plus qu’à peindre les pieds (en faisant attention à ne pas déborder sur le métal, sinon vous pouvez vous aider de scotch de peintre pour le protéger), à vernir (j’avoue n’avoir passé qu’une seule couche #flemme) et à retourner la bête.

 

Mais ce n’est pas tout à fait fini, il manque la (fameuse) touche finale : on fait quoi de l’intérieur ?

Vous aurez remarqué que je ne l’ai pas peint, tout simplement parce que le bois était bien abîmé à l’intérieur (il y avait même des trous que j’avais fait très grossièrement pour faire passer des câbles… sacrilège ! Pardon Bon-Papa.), mais aussi parce que j’avais un tout autre destin de prévu pour lui : j’ai voulu tester le film adhésif pour meuble.

Alors autant vous dire que dégoter le parfait adhésif, au bon rapport qualité-prix et avec le motif qui me plaisait (toujours dans un style un peu vintage-années 50), ça n’a pas été simple ! J’ai même fini par commander un adhésif pas trop cher mais dont j’aimais seulement à moitié le motif… Et c’est là qu’Aude et sa marque Audella sont arrivés : à la base elle propose des crédences et sols PVC imitation carreaux de ciment, mais quand elle a vu sur Instagram que je cherchais désespérément un joli adhésif, elle m’a avoué qu’elle allait bientôt en proposer sur son site. Ni une ni deux, j’ai renvoyé mon adhésif (devenu soudainement ultra-moche comparé aux jolis motifs d’Audella) et j’ai commandé le sien en avant-première !

Comme c’était mon premier contact avec l’adhésif, et que je n’ai pas pris le « repositionnable », j’avoue que j’avais un peu peur de faire plein de bulles, de ne pas le coller droit, et de ne pas pouvoir rectifier le tir. Mais c’était en fait bien plus simple que prévu : j’ai réussi sans aucun problème à chasser toutes les bulles, et même quand je positionnais le film de travers, j’arrivais à le décoller et à le repositionner, sans l’abîmer. Je suppose qu’il ne faut pas répéter ça 15 fois, mais 1 ou 2 fois sans soucis : c’est rassurant.

 

Du coup, petites astuces apprises sur le tas :

  • j’ai d’abord découpé mes morceaux d’adhésif aux bons formats ;
  • pour avoir un bord bien net, j’ai préféré commencer par placer mon adhésif sur le bord, et maroufler vers le fond du meuble ; comme ça même si l’adhésif se déforme ou se déplace légèrement, mon bord apparent reste toujours bien net ;
  • pour éviter les bulles au maximum, j’ai d’abord décollé toute la largeur de mon adhésif (sur environ 5cm), puis j’ai collé cette bande sur le bord de l’endroit à recouvrir, puis j’ai marouflé le centre, puis vers les bords, en tirant le film protecteur au fur et à mesure ;
  • pour la fin du morceau d’adhésif, je me suis d’abord occupé d’un coin, puis de l’autre, pour ne pas me retrouver avec trop d’adhésif décollé en même temps ;
  • pour maroufler, une carte n’en vaut pas une autre (pour prendre mes photos, j’ai voulu échanger ma carte bancaire contre ma carte d’identité, histoire de ne pas filer mon numéro de compte à tout le monde 🙂 mais celle-ci a légèrement rayé le film à un endroit, alors que je n’ai eu absolument aucun soucis avec l’autre carte) ;
  • j’ai trouvé plus facile de chasser les bulles en tirant la carte vers le bas, plutôt qu’en la poussant vers le bas (ce que j’écris ne veut rien dire, ce sera plus parlant en photo) ;
  • pour les découpes autour des charnières, j’ai d’abord repéré avec une petite entaille aux ciseaux là où elles se situeraient, puis j’ai collé mon adhésif, puis j’ai terminé la découpe au cutter ; évidemment, ça aurait été plus simple de placer l’adhésif avant de fixer les charnières, mais que voulez-vous, je suis une femme pressée ;
  • Je n’ai pas cherché à faire correctement les raccords dans les angles, car ça reste l’intérieur d’un meuble… mais aussi parce que mon motif était suffisamment abstrait, régulier et symétrique pour que ça puisse passer relativement inaperçu. Attention donc si vous choisissez un motif plus grand ou plus compliqué !
  • ce qui est top avec l’adhésif, c’est qu’on peut camoufler les défauts et même les gros trous 🙂

 

Même si j’ai pas mal tâtonné et galéré avec mon vernis, les temps de séchage, l’ordre des étapes et la fixation des pieds, je suis hyper contente du résultat : j’ai le joli buffet « mid-century » dont je rêvais, et non seulement c’est un DIY (toujours un peu de fierté à faire les choses soi-même !) mais en plus il a une grande valeur sentimentale vu son origine.

Mais surtout pour vous dire que moi aussi, malgré mes années de bricolage dans les pattes, je galère toujours un peu et certaines choses ne fonctionnent pas toujours comme je voudrais. Mais c’est à force d’essayer qu’on apprend, et il faut toujours être fier de ce qu’on crée de ses dix doigts !

diy-buffet-vintage-apres20

diy-buffet-vintage-apres14

diy-buffet-vintage-apres12

 

signature Noémie blog Pierre Papier Ciseaux déco DIY

 

Retrouvez ici les photos des DIY réalisés par les lecteurs d’après mes tutoriels !

Articles Récents

9 Commentaires

  • caro
    27 novembre 2016 17 h 11 min

    C’est un travail de pro, franchement le « avant – après » est impressionnant, j’adore.
    Quelle est la marque et la référence de la peinture noire, STP ? je ne vais pas me lancer dans un tel travail car je n’en ai pas les capacités mais je veux repeindre un meuble et grâce à toi j’ai trouvé ma couleur. je te remercie beaucoup,
    caro

    • Noémie Meijer
      20 décembre 2016 11 h 44 min

      merci beaucoup !! La référence de la peinture est indiquée en lien dans la liste des matériaux (en cliquant sur « peinture classique »), c’est de la marque Perfection (marque flamande il me semble, qu’on trouve dans les Brico en Belgique, pas sûre donc que tu la trouves en France..? mais sinon tourne toi vers un noir « off », légèrement « passé », et mat, ça devrait y ressemble fortement 🙂
      Ravie d’avoir pu t’aider en tous cas !

  • Sophiebdeco
    27 novembre 2016 17 h 53 min

    Rolala qu’un boulot!!!
    Le résultat vaut tout ce temps passé! Les belles choses ça se mérite!
    J’adore toujours autant ta façon de nous raconter l’aventure qu’a été la fabrication de ton meuble .
    Et quel honneur de pouvoir tester le nouveau produit de Aude, bravo!!

    Sophie

    • Noémie Meijer
      20 décembre 2016 11 h 47 min

      Oh merci ma Sophie ! Comme tu dis, la patience, c’est la clé.. 🙂
      Et oui trop contente d’avoir eu le privilège de tester son adhésif en avant-première 😀

      • Aude
        14 janvier 2017 18 h 52 min

        Merci les filles !!!!! 🙂 L’honneur était pour moi !!!!

  • Nico
    25 décembre 2016 22 h 42 min

    Je viens de lire l’article. Trop fort !

    • Noémie Meijer
      1 janvier 2017 16 h 49 min

      Merci ! Tu reconnais les cubes ? 😉

  • Trackback: DIY #34 - Un Juju Hat | Pierre Papier Ciseaux
  • Trackback: DIY #40 - Une table basse | Pierre Papier Ciseaux

Envie de répondre ?