DIY #26 – Une lampe origami

Je vous partage aujourd’hui un tuto que j’avais réalisé il y a de ça quelques années, mais que j’ai récemment détourné. Il s’agit de la bien connue lampe origami.

A la base, j’avais créé une petite lampe à poser, qu’on pouvait balader un peu partout puisqu’elle fonctionne avec une guirlande LED à piles. Appelons cette version la Baby Origami, si vous le voulez bien.

Récemment, j’ai repris le même principe de pliage en origami, mais j’en ai fait une suspension. Nous appellerons cette version la Mamma Origami, si vous le voulez toujours bien (vous êtes trop aimable).

Petite anecdote : pour réaliser cette seconde version, je ne me souvenais plus comment on faisait le pliage… du coup j’ai été visionner mon propre tutoriel vidéo, que j’avais réalisé à l’époque. Je me suis donc auto-expliqué quelque chose. Drôle, mais bizarre. Mais drôle.

 

Trêve de plaisanterie, je vous dévoile donc ici la technique de base, commune aux 2 versions, ainsi que les 2 façons d’en faire des luminaires.

Petit Nota Bene pour le papier : dans les 2 cas, peu importe la finition que vous choisirez, l’essentiel est de ne pas choisir un papier trop fin (il sera trop transparent et fragile) ni trop épais (il sera trop opaque et difficile à plier), et de choisir un papier au format rectangulaire (pas d’inquiétude donc si vous n’utilisez pas exactement les mêmes formats que moi, tant que vous respectez plus ou moins ce ratio longueur/largeur) . Pour info, les papiers que j’ai utilisé viennent de chez Schleiper.

Pour la Baby Origami, il vous faudra :

  • 3 feuilles de papier (format A4, soit 21 x 29,7 cm) : j’ai utilisé du papier de 100g d’épaisseur, de couleur crème et avec une finition légèrement nacrée
  • un morceau de carton (3mm d’épaisseur environ)
  • une règle
  • un crayon à papier
  • du scotch transparent
  • des ciseaux et/ou un cutter
  • une perforatrice
  • de la ficelle
  • une guirlande LED (avec une dizaine d’ampoules, trouvée chez Ikea)

Pour la Mamma Origami, il vous faudra :

  • 2 feuilles de papier (format 54,7 x 79,1 cm) : j’ai utilisé 2 grandes feuilles de papier calque assez épais, de couleur blanche et avec de légers motifs ton sur ton
  • un morceau de carton (3mm d’épaisseur environ)
  • une règle
  • un crayon à papier
  • du scotch transparent
  • des ciseaux et/ou un cutter
  • de la colle (une fois n’est pas coutume, la colle en pistolet sera ici bien plus pratique que de la colle en tube, tout simplement parce qu’elle sèche très rapidement !)
  • une monture électrique pour suspension (j’ai trouvé la mienne chez Ikea)

 

Les premières étapes sont communes aux 2 lampes. Pour la Baby Origami, j’ai utilisé 3 feuilles de papier pour obtenir une forme plus allongée, plus ovale, et un pliage plus resserré, tandis que pour la Mamma Origami j’ai utilisé seulement 2 feuilles, pour obtenir une forme beaucoup plus ronde, moins aplatie, et des plis plus espacés et aérés (et aussi parce que j’en avais marre de plier, mais ça, je ne le dirai pas) : à vous de voir le rendu que vous souhaitez avoir, et donc d’adapter le nombre de feuilles.

 

On place notre première feuille du côté verso, et on se met en jambe avec un petit calcul mental : on va diviser notre feuille en 10 dans le sens de la longueur (donc pour ma Baby Origami, c’était tous les 3cm environ, et pour la Mamma Origami c’était tous les 7,9cm environ), et en 2 dans la largeur. Un petit trait au crayon et on est paré pour la suite.

 

On retourne ensuite notre feuille côté recto, on la place horizontalement et on va faire des plis verticaux : on va tout simplement plier la feuille en 10, dans le sens de la largeur, d’après nos petits traits. Tous les plis doivent être dans le même sens, c’est à dire en creux.

 

Etape à ne pas manquer : on retourne la feuille encore une fois, pour voir le côté verso. On la place toujours horizontalement, et on va alors plier des diagonales, en partant de la droite :

  • la première part du trait du centre (bord droit), et va jusqu’au 2° trait (bord du bas) ;
  • la deuxième part du coin en haut à droite, et va jusqu’au 4° trait (bord du haut) ;
  • la troisième part du 2° trait (bord du haut), et va jusqu’au 6° trait (bord du bas) ;
  • et ainsi de suite, toujours en se décalant de 2 traits vers la gauche.
  • on fini donc par une diagonale qui part du 8° trait (bord du haut), et qui va jusqu’au trait du centre (bord gauche).

 

Et comme quand y’en a plus, y’en a encore : rebelote dans l’autre sens :

  • une première diagonale partant du centre (bord droit), jusqu’au 2° trait (bord du haut) ;
  • une deuxième partant du coin en bas à droite, jusqu’au 4° trait (bord du haut) ;
  • et ainsi de suite.

 

Une fois notre première feuille terminée, on répète ce casse-tête chinois ce doux pliage relaxant sur les autres feuilles (pour rappel : il vous faudra 2 feuilles en tout pour la Mamma Origami, et 3 pour la Baby Origami).

Vous pouvez vous reporter au schéma ci-dessous pour vérifier les plis. Attention, les plis verticaux ne doivent pas être dans le même sens que les plis diagonaux !

  • Côté recto : les plis verticaux sont en creux, les plis diagonaux sont en relief.
  • Côté verso : les plis verticaux sont en relief, les plis diagonaux sont en creux.

 

Viens l’étape délicate (non non, ce n’était pas le pliage…). Histoire de donner la forme voulue à notre pliage (parce que vous l’aurez remarqué, pour l’instant ça ressemble plutôt à un joyeux bordel, ce tas de papier), on va replier chaque feuille sur elle-même. La vidéo ci-dessous sera, je pense, bien plus parlante qu’un long discours, mais je vais tout de même tenter de m’expliquer avec des mots, des vrais :

  • on attrape notre feuille par l’une des largeurs ;
  • on va d’abord se concentrer sur les losanges du centre, et faire en sorte qu’ils se replient correctement (toujours en respectant le sens des plis initiaux qu’on a fait ; bah oui, on ne s’est pas cassé le *** pour rien, pardonnez-moi l’expression). Essayez de ne pas vous préoccuper de ce que font les bords, laissez-les vivre leur propre vie. Ce n’est pas très grave non plus si les jonctions des plis sont un peu floues, essayez d’ailleurs de ne pas trop les écraser ;
  • une fois notre feuille repliée sur elle-même en son centre, on va s’occuper des bords avant qu’ils ne se sentent délaissés. Il va nous suffire de rentrer les plis vers le bas, toujours en respectant les plis qu’on a fait initialement ;
  • on obtient alors une sorte de croissant de lune assez épais, qu’on peut relâcher sans crainte (ça va évidemment se déplier mais les plis resteront correctement marqués). Et on peut répéter l’opération sur la(les) autre(s) feuille(s).

 

On passe ensuite à l’assemblage : on place les feuilles bout à bout (largeur contre largeur), côté verso vers nous, et on scotche sur toute la largeur (il ne doit pas y avoir un millimètre sans scotch !).

C’est un peu plus délicat pour « refermer la boucle » (scotcher la première feuille avec la dernière feuille), mais j’ai foi en vous, je sais que vous allez y arriver 🙂

Pas de panique non plus si les plis sont un peu écrasés là où vous avez scotché : on les re-plie et on n’en parle plus.

 

Et c’est ici que les chemins de Baby Origami et de Mamma Origami se séparent. Triste destin.

Pour Baby Origami :

  • on va réaliser 60 petits trous à la perforatrice : 1 dans chaque petit triangle se trouvant sur le bord des feuilles de papier (10 trous par côté, soit 20 trous par feuilles, donc 60 trous pour 3 feuilles : CQFD) ; veillez à ce que les trous soient alignés entre eux, et pas trop loin du bord ;
  • on prend ensuite un morceau de 50cm de ficelle, qu’on fait passer dans chacun des 30 trous d’une des ouvertures ; on resserre et on noue pour refermer complètement cette ouverture (et on coupe ce qui dépasse de la ficelle) ;
  • dans notre morceau de carton, on va découper un cercle de 12cm de diamètre et y faire 10 trous équidistants à l’aide du crayon (ça peut être très approximatif car ça restera caché, c’est simplement pour répartir de manière homogène les ampoules LED à l’intérieur de la lampe) ; on y insère les 10 ampoules de la guirlande LED, et on place notre carton à l’intérieur de la lampe, ampoules dirigées vers l’ouverture déjà refermée par la ficelle ;
  • on passe un second morceau de 50cm de ficelle, qu’on fait passer à travers les trous de la seconde ouverture, et on resserre suffisamment pour maintenir la guirlande à l’intérieur de la lampe, mais pas trop non plus, histoire de pouvoir encore y glisser le socle à piles, qui nous servira à allumer/éteindre notre lampe. On noue, on coupe les extrémités de la ficelle, et basta cosi !

Je n’ai pas de photos de cet ancien DIY, mais je vous ai fait des schémas, et voici le tutoriel vidéo filmé à l’époque.

 

 

Pour Mamma Origami :

  • on va d’abord découper un cercle de 20cm dans le carton, et on découpe en son centre un autre cercle (du diamètre de la bague de serrage de votre douille ; la mienne (standard) mesurait environ 4cm) ;
  • ensuite, on va refermer partiellement l’une des ouvertures (ce sera l’ouverture du haut) : en resserrant le haut de votre boule origami, vous devinerez naturellement où appliquer votre point de colle pour maintenir la boule refermée (plus ou moins au centre des triangles). Vérifiez que votre cercle en carton peut bien passer par l’ouverture, pour soutenir la boule (cf. 6ème photo). N’hésitez pas à pincer vos plis pour bien marquer le papier et ainsi obtenir une ouverture la plus régulière et symétrique possible ;
  • on peut alors fixer notre carton autour de la douille : on desserre la bague, on glisse le carton, et on resserre la bague ;
  • on vient ensuite enfiler la boule en origami autour du carton et de l’ampoule : la boule tient en équilibre sur le carton (cela vous permet de pouvoir la retirer facilement si vous devez changer l’ampoule) ;
  • on va maintenant pouvoir refermer la seconde ouverture, en plaçant un point de colle sur les triangles, mais cette fois tout au bord, pour que l’ouverture soit complètement refermée. On maintient pour faire adhérer la colle, et re-basta cosi !

Pour info, j’ai refermé cette seconde ouverture une fois ma suspension déjà en place (moi, impatiente ?), mais vous pouvez tout à fait le faire avant.

 

Nous avons donc la Baby Origami, parfaite pour une petite lumière d’ambiance, à poser partout où l’on veut : sur la table basse, pour un repas aux chandelles, ou même sur la terrasse pour un apéro entre amis !

 

… et la Mamma Origami, jolie seule ou en grappe, et qui sera parfaite à la fois dans une chambre pour le côté doux et délicat, dans une chambre d’enfant pour le côté ludique, ou même dans hall d’entrée pour donner du caractère à la pièce !

 

Origamiment vôtre,

signature Noémie blog Pierre Papier Ciseaux déco DIY

Retrouvez ici les photos des DIY réalisés par les lecteurs d’après mes tutoriels !

Articles Récents

10 Commentaires

  • Cupy
    2 novembre 2016 9 h 51 min

    Super comme tuto !! Et parfaitement expliqué ! Je vais essayer ça aujourd’hui 😀

    • Noémie Meijer
      3 novembre 2016 16 h 37 min

      Ravie que ça puisse t’aider 🙂

  • Wild Amanda
    9 novembre 2016 15 h 45 min

    Merci pour ce tuto ! J’ai essayé plusieurs autre DIY cependant c’était très mal expliqué donc je n’y suis pas arrivée… Mais là c’est parfait, j’ai enfin mes luminaires !

    • Noémie Meijer
      9 novembre 2016 18 h 24 min

      Oh ça me fait super plaisir ce que tu écris là ! Ravie d’avoir pu être suffisamment claire, par contre je veux une photo du résultat !! 🙂 N’hésite pas à m’en envoyer sur les réseaux sociaux ou par email, j’adore collectionner vos jolies créations !

  • Trackback: 5 choses à savoir en déco (#2 – La lumière) | Pierre Papier Ciseaux
  • Trackback: New year, new you ! | Pierre Papier Ciseaux
  • Nathalie P.
    8 janvier 2017 20 h 39 min

    Magnifique! J’ai fait une mini et une mama et j’adore. Seul bémol pour fermer les côtés de la lampe, pas facile. Mais tuto très bien expliqué et illustré, merci beaucoup ! J’ai hâte d’en faire d’autres.

    • Noémie Meijer
      9 janvier 2017 11 h 04 min

      Waouh, félicitations pour les 2 DIY ! Avec plaisir pour le tuto, en effet la fermeture est le moment délicat, mais comme les pliages se reforment facilement, il ne faut pas hésiter à les aplatir pour pouvoir bien scotcher 🙂

  • Trackback: DIY #34 - Un Juju Hat | Pierre Papier Ciseaux
  • Trackback: DIY #47 - Retaper de vieux cadres | Pierre Papier Ciseaux

Envie de répondre ?